Base de données musicale

Musicien

Michel Legrand

Michel Legrand - © 2006 mvonlanthen

Date de naissance 24.2.1932 à Paris, Île-de-France, France

Date de décès 26.1.2019 à Paris, Île-de-France, France

Links www.rfimusique.com (Français)
www.michellegrandofficial.com (Anglais)

Michel Legrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel Legrand est un musicien, compositeur, chanteur et arrangeur français, né le 24 février 1932 à Paris 20e, dans le quartier de Ménilmontant[1]. Sa carrière de compositeur pour le cinéma lui a valu de remporter trois Oscars.

Biographie

Ses parents, le compositeur Raymond Legrand (1908-1974) et Marcelle Der Mikaëlian (sœur du chef d'orchestre Jacques Hélian, d'origine arménienne) divorcent quand il a trois ans.

Michel Legrand étudie le piano et l'écriture au Conservatoire de Paris de 1942 à 1949, dans les classes de Lucette Descaves, Henri Challan et Nadia Boulanger notamment, tout comme sa sœur aînée Christiane Legrand, qui sera successivement membre de groupes de jazz vocal tels que les Blue Stars, les Double Six et les Swingle Singers. Il se prend de passion pour le jazz après avoir assisté en 1947 à un concert de Dizzy Gillespie avec lequel il collaborera quelques années plus tard, écrivant en 1952 les arrangements pour l'orchestre à cordes qui accompagne le trompettiste dans ses concerts européens.

Arrangeur et jazzman

En 1951, alors qu'il n'a que 19 ans, il écrit des arrangements pour l'orchestre de son père, qui l'introduit dans l’univers de la chanson de variété, et commence une carrière d’accompagnateur et d'arrangeur pour Jacqueline François, Henri Salvador, Catherine Sauvage et Zizi Jeanmaire. Maurice Chevalier l'engage comme directeur musical.

En 1954, à la demande de la firme américaine Columbia et grâce à Jacques Canetti producteur musical chez Philips qui a passé un accord avec cette firme, il offre des relectures jazzy de rengaines françaises[2]. L'album I Love Paris est un énorme succès (8 millions d'exemplaires écoulés) ; la reconnaissance de Legrand se fait internationale. Influencé par Stan Kenton, il mène une brève carrière de jazzman comme leader : Holiday in Rome en 1955, Michel Legrand Plays Cole Porter[3] en 1957, Legrand in Rio en 1958. Pour Legrand Jazz, il enregistre à New York en 1958 avec Miles Davis, John Coltrane et Bill Evans, devenant l'un des premiers Européens à travailler avec les maîtres du jazz moderne.

En 1957, il est invité au Festival mondial de la jeunesse de Moscou[4].

En 1966, il a fait les arrangements de la chanson internationale C'est si bon d'Henri Betti et André Hornez pour l’album de Barbra Streisand Color Me Barbra. En 1948, son père Raymond Legrand avait dirigé l’orchestre pour l’enregistrement de cette chanson par les sœurs Étienne.

Certaines compositions de Michel Legrand, telles La Valse des Lilas (en anglais : Once upon a summer time, Chet Baker, Bill Evans), la Chanson de Maxence (You must believe in spring) ou encore le thème principal de la bande originale du film Un été 42 (The summer knows), sont devenues des standards de jazz.

Compositeur pour le cinéma

Le tournant des années 1960 et l'émergence de la Nouvelle Vague vont ancrer définitivement Michel Legrand dans le monde de la musique de film. Il travaille pour Agnès Varda (Cléo de 5 à 7 en 1962), Jean-Luc Godard (Une femme est une femme en 1961, Vivre sa vie en 1962 et Bande à part en 1964) et surtout Jacques Demy (Lola en 1961, Les Parapluies de Cherbourg en 1964, Les Demoiselles de Rochefort en 1967, Peau d'âne en 1970) avec qui il invente la comédie musicale à la française. Ainsi Les Parapluies de Cherbourg est un film chanté en continu où tous les dialogues sont inspirés par la musique, ce qui était novateur à l'époque.

En 1966, après avoir été nommé aux Oscars pour son travail sur Les Parapluies de Cherbourg, il décide d'aller tenter sa chance à Hollywood et s'installe à Los Angeles. Son amitié avec Quincy Jones et Henry Mancini l'aide grandement à se faire une place dans ce milieu hautement concurrentiel et lui permet de rencontrer les paroliers Alan et Marilyn Bergman. Il compose en 1968 la bande originale de L'Affaire Thomas Crown de Norman Jewison et particulièrement la chanson The Windmills of Your Mind (Les Moulins de mon cœur) pour laquelle lui sera décerné l'année suivante l'Oscar de la meilleure chanson originale.

Deux ans plus tard, il reçoit l'Oscar de la meilleure musique de film pour Un été 42 de Robert Mulligan (1971) dont la chanson-thème The Summer Knows par Barbra Streisand rencontre le succès. Entre 1971 et 1975, nommé vingt-sept fois aux Grammy Awards, il en remporte cinq. Il décroche un troisième Oscar pour Yentl de Barbra Streisand en 1983. La même année, il compose la bande sonore de Jamais plus jamais de Irvin Kershner, ultime James Bond avec Sean Connery dont la chanson-titre est écrite par Alan et Marilyn Bergman.

Il a composé à ce jour plus de deux cents musiques pour le cinéma et la télévision.

Pianiste accompagnateur et soliste

Michel Legrand a enregistré avec différentes vedettes de la chanson dans des genres variés : Catherine Sauvage, Henri Salvador, Charles Aznavour, Zizi Jeanmaire, Frank Sinatra, Sarah Vaughan, Jack Jones, Tereza Kesovija, Ella Fitzgerald, Jessye Norman, Perry Como, Lena Horne, Kiri Te Kanawa, James Ingram, Johnny Mathis, Barbra Streisand, Frankie Laine, Nana Mouskouri, Raymond Devos, Stéphane Grappelli, Mireille Mathieu, Claude Nougaro, Mario Pelchat et plus récemment avec Natalie Dessay.

En tant que pianiste soliste il s'est produit avec de nombreux orchestres à travers le monde, notamment ceux de Saint-Pétersbourg, Vancouver, Montréal, Atlanta et Denver.

Vie privée

Michel Legrand a été marié à Christine Bouchard puis à Isabelle Rondon. Séparé de sa dernière compagne, la harpiste Catherine Michel, en 2013, il épouse, le 16 septembre 2014, à la mairie de Monaco la comédienne Macha Méril, avec laquelle il avait déjà eu une liaison quarante ans auparavant[5], liaison que Macha Méril a dit avoir été purement platonique[réf. nécessaire]. La cérémonie religieuse a lieu le lendemain à Monaco, lors d'une cérémonie orthodoxe[6].

Il est le père de Dominique Rageys (née en 1952), fondatrice avec son mari du rallye « Maroc Classic », d'Hervé Legrand (né en 1959), pianiste et compositeur, de Benjamin Legrand (né en 1962), chanteur, d'Eugénie Angot (née en 1970), cavalière de niveau international.

Il est le frère de la chanteuse Christiane Legrand, le demi-frère de l'écrivain Benjamin Legrand et du peintre Olivier Legrand. Il est aussi l'oncle de Victoria Legrand, chanteuse du groupe Beach House et du vidéaste Alistair Legrand (enfants d'Olivier Legrand).

Hommages

Le 5 décembre 2007, la faculté de musique de l'Université de Montréal, au Québec, lui a décerné un doctorat honorifique visant à souligner le caractère exceptionnel de sa carrière.[7]

À l'occasion de ses cinquante ans de carrière, début 2009, un hommage lui a été rendu à la Cinémathèque française à Paris, avec la projection de la plupart des films dont il a écrit la partition. Il a également donné pour l'occasion trois concerts salle Pleyel et accordé de multiples interviews à la radio et la télévision.

Livres

En 2013, Michel Legrand coécrit avec Stéphane Lerouge, spécialiste de la musique au cinéma, sa première autobiographie, Rien n'est grave dans les aigus, où il évoque de manière libre et non chronologique, sa formation, ses rencontres, ses choix de parcours, son goût pour la musique au pluriel. Un second tome est prévu pour 2018, intitulé J'ai le regret de vous dire oui.[réf. nécessaire]

Œuvres

Cinéma

Années 1950

  • 1953 : Beau fixe (court-métrage)
  • 1955 : Visages de Paris, court métrage de François Reichenbach
  • 1955 : Les Amants du Tage d'Henri Verneuil
  • 1957 : Charmants Garçons d'Henri Decoin
  • 1957 : Le Triporteur de Jacques Pinoteau
  • 1958 : Rafles sur la ville de Pierre Chenal
  • 1959 : L'Amérique insolite de François Reichenbach (documentaire)

Années 1960

  • 1960 : Me faire ça à moi de Pierre Grimblat
  • 1960 : Lola de Jacques Demy
  • 1960 : Chien de pique d'Yves Allégret
  • 1960 : Terrain vague de Marcel Carné (cocompositeur avec Francis Lemarque)
  • 1960 : Le Cœur battant
  • 1960 : Les portes claquent de Jacques Poitrenaud
  • 1961 : Les Sept Péchés capitaux (cocompositeur avec Sacha Distel et Pierre Jansen)
  • 1961 : Le cave se rebiffe de Gilles Grangier
  • 1961 : Une femme est une femme de Jean-Luc Godard
  • 1962 : Cléo de 5 à 7 d'Agnès Varda - également en tant qu'acteur
  • 1962 : L'Empire de la nuit de Pierre Grimblat
  • 1962 : Eva de Joseph Losey
  • 1962 : Les Sept Péchés capitaux de Claude Chabrol et Édouard Molinaro
  • 1962 : Un cœur gros comme ça de François Reichenbach
  • 1962 : Retour a New York (documentaire)
  • 1962 : Comme un poisson dans l'eau d'André Michel
  • 1962 : Une grosse tête de Claude de Givray
  • 1962 : Vivre sa vie de Jean-Luc Godard
  • 1962 : L'Amérique lunaire (documentaire)
  • 1962 : Histoire d'un petit garçon devenu grand
  • 1962 : Le Joli Mai de Chris Marker
  • 1963 : Illuminations (documentaire)
  • 1963 : Le Grand Duc et l'Héritière (Love Is a Ball)
  • 1963 : La Baie des Anges de Jacques Demy
  • 1964 : Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy
  • 1964 : Les Plus Belles Escroqueries du monde de Claude Chabrol et Jean-Luc Godard
  • 1964 : Une ravissante idiote d'Édouard Molinaro
  • 1964 : Bande à part de Jean-Luc Godard
  • 1964 : Fascinante Amazonie
  • 1964 : Les Amoureux du France (documentaire)
  • 1964 : La Douceur du village (documentaire)
  • 1965 : Quand passent les faisans d'Édouard Molinaro
  • 1966 : Monnaie de singe d'Yves Robert
  • 1966 : Qui êtes-vous, Polly Maggoo ? de William Klein
  • 1966 : Tendre Voyou de Jean Becker
  • 1966 : La Vie de château de Jean-Paul Rappeneau
  • 1966 : The Plastic Dome of Norma Jean
  • 1966 : Et la femme créa l'amour de Fabien Collin
  • 1966 : L'An 2000
  • 1966 : L'Or et le Plomb d'Alain Cuniot
  • 1967 : A Matter of Innocence (ou Pretty Polly)
  • 1967 : How to Save a Marriage and Ruin Your Life
  • 1967 : Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy
  • 1967 : Le Plus Vieux Métier du monde de Claude Autant-Lara et Mauro Bolognini
  • 1968 : L'Affaire Thomas Crown de Norman Jewison
  • 1968 : Enfants de salauds d'André De Toth
  • 1968 : L'Homme à la Buick de Gilles Grangier
  • 1968 : Sweet November (en) de Robert Ellis Miller
  • 1968 : Destination Zebra, station polaire de John Sturges
  • 1969 : The Happy Ending de Richard Brooks
  • 1969 : La Pince à ongles de Jean-Claude Carrière (court métrage)
  • 1969 : Picasso Summer
  • 1969 : Appelez-moi Mathilde de Pierre Mondy
  • 1969 : La Piscine de Jacques Deray
  • 1969 : Un château en enfer de Sydney Pollack

Années 1970

  • 1970 : Le Messager (The Go-Between) de Joseph Losey
  • 1970 : Pieces of Dreams de Daniel Haller
  • 1970 : Peau d'âne de Jacques Demy
  • 1970 : The Magic Garden of Stanley Sweetheart
  • 1970 : Les Hauts de Hurlevent de Robert Fuest
  • 1970 : La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil de Anatole Litvak
  • 1971 : A Time for Loving (ou Paris Was Made for Lovers)
  • 1971 : Le Mans de Lee H. Katzin
  • 1971 : Les Mariés de l'an II de Jean-Paul Rappeneau
  • 1971 : La Poudre d'escampette de Philippe de Broca
  • 1971 : Un été 42 de Robert Mulligan
  • 1971 : Un peu de soleil dans l'eau froide de Jacques Deray
  • 1971 : La Ville bidon de Jacques Baratier
  • 1972 : Les Feux de la Chandeleur de Serge Korber
  • 1972 : Un homme est mort de Jacques Deray
  • 1972 : La Vieille Fille de Jean-Pierre Blanc
  • 1972 : Lady Sings the Blues de Sidney J. Furie
  • 1972 : Portnoy's Complaint (en) d'Ernest Lehman
  • 1972 : La Femme sans mari (One Is a Lonely Number), de Mel Stuart
  • 1973 : Maison de poupée de Joseph Losey
  • 1973 : The Nelson Affair (ou A Bequest to the Nation)
  • 1973 : 40 Carats de Milton Katselas (en)
  • 1973 : Flics et Voyous d'Aram Avakian
  • 1973 : Breezy de Clint Eastwood
  • 1973 : L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune de Jacques Demy
  • 1973 : Le Gang des otages d'Édouard Molinaro
  • 1973 : L'Impossible Objet de John Frankenheimer
  • 1973 : Les Trois Mousquetaires de Richard Lester
  • 1974 : Our Time
  • 1975 : Gulliver's Travels
  • 1975 : F for Fake d'Orson Welles
  • 1975 : Sheila Levine is Dead and Living in New York
  • 1975 : Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau
  • 1976 : Le Voyage de noces de Nadine Trintignant
  • 1976 : Gable and Lombard
  • 1976 : Ode to Billy Joe
  • 1976 : La Flûte à six Schtroumpfs (film d'animation)
  • 1977 : The Other Side of Midnight
  • 1978 : Les Routes du sud de Joseph Losey
  • 1978 : Lady Oscar de Jacques Demy
  • 1978 : Mon premier amour d'Élie Chouraqui
  • 1979 : The Fabulous Adventures of Baron Munchhausen (film d'animation)

Années 1980

  • 1980 : The Mountain Men
  • 1980 : Hinotori (cocompositeur)
  • 1980 : Atlantic City de Louis Malle
  • 1980 : Le Chasseur (The Hunter) de Buzz Kulik
  • 1981 : Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable de George Kaczender
  • 1981 : Les Uns et les Autres de Claude Lelouch
  • 1981 : Falling in Love Again
  • 1982 : Le Cadeau de Michel Lang
  • 1982 : Qu'est-ce qui fait courir David ? d'Élie Chouraqui
  • 1982 : Le fou de l'espace (en) de Steven Paul (en)
  • 1982 : Best Friends, de Norman Jewison
  • 1983 : La Revanche des humanoïdes d'Albert Barillé
  • 1983 : Jamais plus jamais d'Irvin Kershner
  • 1983 : Un amour en Allemagne d'Andrzej Wajda
  • 1983 : Yentl de Barbra Streisand
  • 1984 : Paroles et Musique d'Élie Chouraqui
  • 1984 : Train d'enfer de Roger Hanin
  • 1984 : L'Étrangère (en) de Zelda Barron
  • 1984 : Micki et Maude de Blake Edwards
  • 1985 : Partir, revenir de Claude Lelouch
  • 1985 : Palace d'Édouard Molinaro
  • 1985 : Parking de Jacques Demy
  • 1987 : Social Club (Club de rencontres)
  • 1987 : Spirale de Christopher Frank
  • 1988 : La Boutique de l'orfèvre (en) de Michael Anderson
  • 1988 : Scoop de Ted Kotcheff
  • 1988 : Trois places pour le 26 de Jacques Demy
  • 1989 : Cinq jours en juin de Michel Legrand - également scénariste et réalisateur

Années 1990

  • 1990 : La Fuite au paradis (Fuga dal paradiso) d'Ettore Pasculli (it)
  • 1990 : Gaspard et Robinson de Tony Gatlif
  • 1991 : The Burning Shore
  • 1991 : Dingo de Rolf De Heer
  • 1993 : The Pickle de Paul Mazursky
  • 1994 : Prêt-à-porter de Robert Altman
  • 1995 : Aaron et le Livre des merveilles de Jaqueline Galia Benousilio et Albert Hanan Kaminski
  • 1995 : Torin's Passage de Sierra On-Line
  • 1995 : Les Misérables de Claude Lelouch
  • 1995 : Les Enfants de Lumière de Jacques Perrin
  • 1998 : Madeline de Daisy von Scherler Mayer
  • 1999 : La Bûche de Danièle Thompson
  • 1999 : Doggy Bag de Frédéric Comtet

Années 2000

  • 2000 : La Bicyclette bleue de Thierry Binisti
  • 2002 : And now... Ladies and Gentlemen de Claude Lelouch
  • 2005 : Cavalcade de Steve Suissa
  • 2006 : Paris, je t'aime de Bernardo Bertolucci et Seijun Suzuki
  • 2008 : Disco de Fabien Onteniente
  • 2009 : Oscar et la Dame rose de Éric-Emmanuel Schmitt

Années 2010

  • 2013 : Max Rose de Daniel Noah
  • 2015 : La Rançon de la gloire de Xavier Beauvois
  • 2017 : Les Gardiennes de Xavier Beauvois

Télévision

  • 1958 : L'Américain se détend
  • 1970 : Oum le dauphin blanc de René Borg (série d'animation)
  • 1970 : Brian's Song de Buzz Kulik (téléfilm)
  • 1973 : The Adventures of Don Quixote (téléfilm)
  • 1974 : It's Good To Be Alive (téléfilm)
  • 1975 : Cage Without a Key (téléfilm)
  • 1978 : Michel's Mixed Up Musical Bird (téléfilm)
  • 1982 : Une femme nommée Golda (téléfilm)
  • 1982 : Le Rêve d'Icare de Jean Kerchbron
  • 1982 : Il était une fois... l'Espace d'Albert Barillé (série d'animation)
  • 1984 : The Jesse Owens Story (téléfilm)
  • 1985 : Promises to Keep (téléfilm)
  • 1986 : Crossings (mini-série)
  • 1986 : As Summers Die (téléfilm)
  • 1986 : Sins (mini-série)
  • 1987 : Casanova (mini-série)
  • 1990 : Not a Penny More, Not a Penny Less (mini-série)
  • 1991 : La Montagna dei Diamanti (mini-série)
  • 1994 : Il était une fois... les Découvreurs d'Albert Barillé (série d'animation)
  • 1995 : The Ring (mini-série)
  • 1996 : Il était une fois... les Explorateurs d'Albert Barillé (série d'animation)
  • 1996 : L'Anneau de Cassandra (téléfilm)
  • 2008 : Il était une fois... notre Terre d'Albert Barillé
  • 2011 : l'amour dure 3 ans (téléfilm)

Opéra

  • 2013 : Dreyfus, livret de Didier van Cauwelaert d'après l'Affaire Dreyfus

Disques

En tant que musicien

En tant qu'arrangeur

  • 1998 : Les Moulins de mon cœur avec Maurice André à la trompette, CD EMI Classics
  • 2011 : Noël ! Noël !! Noël !!!

En tant que chanteur

  • Les Moulins de mon cœur
  • Avant le Jazz
  • La Valse des Lilas
  • Brûl' pas tes doigts
  • Quand ça balance
  • Paris Violon
  • Elle a... Elle a pas...
  • Les Enfants qui pleurent
  • Soleil à vendre
  • Comme elle est longue à mourir ma jeunesse
  • Pourquoi ?
  • Où vont les ballons ?
  • Les Grands Musiciens
  • Celui-là
  • Sérénade du XXe siècle
  • 1789
  • Besoin de rien
  • Les Grands Musiciens
  • Qui es-tu?
  • Trombones, Guitares et Cie
  • Et si demain (avec Nana Mouskouri)
  • Quand on s'aime (avec Nana Mouskouri)
  • La Partie de tennis
  • 1964
  • Oum le dauphin

Divers

  • 1964 : indicatif de RTL[8]
  • 1970 : musique de scène de Jarry sur la butte d'après les œuvres complètes d'Alfred Jarry, mise en scène Jean-Louis Barrault, Élysée-Montmartre

Distinctions

Récompenses

  • Oscar du cinéma :
    • 1969 : Meilleure chanson originale pour The Windmills of Your Mind dans L'Affaire Thomas Crown
    • 1972 : Meilleure musique de film pour Un été 42
    • 1984 : Meilleure adaptation musicale pour Yentl
  • Golden Globes 1969 : Meilleure chanson originale pour The Windmills of Your Mind dans L'Affaire Thomas Crown
  • BAFTA Awards 1972 : Meilleure musique de film pour Un été 42
  • Fennecus
    • Meilleure partition de chansons originale ou adaptée pour Yentl (1983)
    • Chanson originale pour The Way He Makes Me Feel dans Yentl (1983)
  • Apex :
    • Musique originale (comédie) pour Best Friends (1982)
    • Chanson originale (drame) pour The Way He Makes Me Feel dans Yentl (1983)
    • Chanson riginale de trame/adaptation/compilation (drame) pour Yentl (1983)
  • ASCAP : Henry Mancini Award pour Le Passe-Muraille
  • Golden Eagle Award : Contribution exceptionnelle au cinéma mondial (2002)
  • Félix : Album de l'année - jazz interprétation (2009)
  • Prix littéraire du syndicat français de la critique de cinéma : Rien n'est grave dans les aigus (2013)

Nominations

  • Oscar du cinéma :
    • 1969 :
      • Meilleure musique de film pour L'Affaire Thomas Crown
      • Meilleure adaptation musicale pour Les Demoiselles de Rochefort
    • 1970 : Meilleure chanson originale pour What Are You Doing for the Rest of Your Life? dans The Happy Ending
    • 1971 : Meilleure chanson originale pour Pieces of Dreams dans Pieces of Dreams
    • 1983 : Meilleure chanson originale pour How Do You Keep the Music Playing? dans Best Friends
    • 1984 : Meilleure chanson originale pour Papa, Can You Hear Me?" et The Way He Makes Me Feel dans Yentl
  • Golden Globes :
    • 1969 : Meilleure musique de film pour L'Affaire Thomas Crown
    • 1970
      • Meilleure musique de film pour The Happy Ending
      • Meilleure chanson pour What Are You Doing for the Rest of Your Life? dans The Happy Ending
    • 1971 :
      • Meilleure musique de film pour Les Hauts de Hurlevent
      • Meilleure chanson originale pour Pieces of Dreams dans Pieces of Dreams
    • 1972 : Meilleure musique de film pour Un été 42 et Le Mans
    • 1973 : Meilleure musique de film pour Lady Sings the Blues
    • 1974 :
      • Meilleure musique de film pour Breezy
      • Meilleure chanson originale pour Breezy's Song dans Breezy
    • 1981 : Meilleure chanson originale pour Yesterday's Dreams dans Falling in Love Again
    • 1984 :
      • Meilleure musique de film pour Yentl
      • Meilleure chanson originale pour The Way He Makes Me Feel dans Yentl
  • BAFTA Awards :
    • 1970 : Meilleure musique de film pour L'Affaire Thomas Crown
    • 1975 : Meilleure musique de film pour Les Trois Mousquetaires
  • César du cinéma : Meilleure musique de film
    • 1981 : Atlantic City
    • 1982 : Les Uns et les Autres avec Francis Lai
    • 1985 : Paroles et Musique
  • Grammy Awards :
    • 1966 : Meilleure partition originale écrite pour un film ou une émission télé pour Les Parapluies de Cherbourg
    • 1975 : Meilleur album d'une partition originale écrite pour un film pour Les Trois Mousquetaires
    • 1985 : Meilleur album d'une partition instrumentale écrite pour un film ou une émission télé pour Yentl
  • Australian Film Institute Award : Meilleure trame originale de film pour Dingo (1991)
  • Prix Molière de la meilleure comédie pour Le Passe-Muraille
  • Primetime Emmy Awards :
    • Meilleure composition pour un programme spécial pour Brian's Song (1972)
    • Meilleure composition pour une mini-série ou spécial : Une femme nommée Golda (1982)
  • Tony Award de la meilleure musique originale pour Amour (2002)
  • Drama Desk Award de la partition originale exceptionnelle (Outstanding Original Score) pour Amour (2002)

Décoration

  • 31 décembre 2015 : Commandeur de la Légion d'Honneur[9]

Citation

« Je me souviens que Michel Legrand fit ses débuts sous le nom de Big Mike. »

— Georges Perec, Je me souviens

Anecdotes

  • Michel Legrand a fait une apparition en 2012 dans L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder.
  • Cité par Vinícius de Moraes dans le livre Gravado Ao Vivo No Canecão, huit versions[Quoi ?], Som Livre (en) (1977)[réf. nécessaire].

Notes et références

  1. Certaines sources indiquent que Michel Legrand serait né à Bécon les Bruyères, mais son acte naissance a été émis à Paris. cf. « Fiche de Michel Legrand », sur lesgensdicinema.com, 3 juin 2013 (consulté le 4 juillet 2016). Ce résultat est également confirmé sur le site des archives de la ville de Paris.
  2. Michel Legrand, Rien n'est grave dans les aigus, Le Cherche Midi, 2013, p. 67
  3. Son premier disque de jazz en grand orchestre.
  4. Charlotte Roux et Anne Kropotkine, « Jours de fête à Moscou : Le voyage des Français au festival mondial de la jeunesse en 1957 », France Culture, 19 avril 2011 (documentaire de 54 minutes).
  5. Frédéric Dugit, Éric Bureau, « Macha Méril annonce son mariage avec Michel Legrand ! », Le Parisien, 5 mars 2014.
  6. « Macha Méril et Michel Legrand : leur mariage religieux à Monaco », 18 septembre 2014
  7. « Communiqué de presse pour diffusion immédiate - Hommage à deux figures marquantes du monde musical », sur http://www.musique.umontreal.ca/affaires_publiques/documents/1_communique_dhomont_legrand.pdf, 27 septembre 2007 (consulté le 22 septembre 2018)
  8. Romain Iriarte, « RTL fête les 50 ans de son top horaire », sur le site de TV Magazine, 1er octobre 2014
  9. « Décret du 31/12/2015 »

Liens externes

Dernière modification de cette page 16.01.2019 14:57:17

Récupérée de Michel Legrand de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.