Base de données musicale

Musicien

Albert Willemetz

Date de naissance 1887 à Paris, Île-de-France, France

Date de décès 7.10.1964 à Marne-la-Choquette, Ile-de-France, France

Links www.albertwillemetz.com (Français, Anglais)

Albert Willemetz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Albert Willemetz est un librettiste, lyriciste et scénariste français, né à Paris le 14 février 1887[1] et mort à Marnes-la-Coquette le 7 octobre 1964 (à 77 ans).

Biographie

Considéré comme un des pères de « l’opérette moderne » au XXe siècle, il imagine des constructions nouvelles où souffle un air de liberté au sortir de la Première Guerre mondiale. Il impose également dès les années 1920 le terme et la technique des « lyrics »[2], désignant les paroles chantées des comédies musicales imaginées après la composition, contrairement aux livrets d'opéra et d'opérette sur lesquels le compositeur adaptait jusqu'alors sa musique[3].

Auteur de plus de 90 revues pour le théâtre et le Casino de Paris, il écrivit de nombreux sketchs et ses chansons furent extrêmement populaires (Mon homme, Valentine, Dans la vie faut pas s'en faire, Sous les palétuviers, Ramona, Est-ce que je te demande, Ah ! si vous connaissiez ma poule, Amusez-vous, Félicie aussi, Cette p'tite femme-là[4]etc.).

Au total, il composa (souvent « sur mesure ») plus de 3 000 chansons, interprétées par les vedettes de l'époque : Maurice Chevalier, Yvonne Printemps, Mistinguett, Arletty, Joséphine Baker, Danielle Darrieux, Pauline Carton, Fernandel, Bourvil, Dranem, Henry Garat, Victor Boucher, Jean Gabin, Pierre Fresnay, Michel Simon, Barbara, Léo Ferré, Suzy Delair, etc.

Il écrivit également les livrets et les lyrics de plus de 100 opérettes et comédies musicales et plusieurs revues avec son grand ami Sacha Guitry qui lui dédicacera son dernier film (Les trois font la paire) et avec l’auteur et scénariste André Mouëzy-Éon[5],

Parmi ses plus grands succès : Phi-Phi, Ta bouche, Là-haut, Dédé, Trois jeunes filles nues, Florestan Ier, Trois Valses et Les Aventures du roi Pausole, avec des compositeurs aussi variés que André Messager, Maurice Yvain, Arthur Honegger, Henri Christiné, José Padilla, Vincent Scotto, Reynaldo Hahn, Raoul Moretti, Moisés Simóns, Georges van Parys, Josef Szulc, Charles Borel-Clerc, Casimir Oberfeld, Sigmund Romberg, Francis Lopez, Henri Betti, Tiarko Richepin, Marcel Lattès.

Un grand nombre de ses opérettes ont été transposées ou adaptées au cinéma, pour lequel il écrivit parallèlement plusieurs scénarios originaux dont J’ai quelque chose à vous dire avec Fernandel, Gagne ta vie avec Victor Boucher et La Bande à Bouboule (1931) avec Georges Milton, Il est charmant (1932) avec Henri Garat, Toi, c'est moi (1936) et de nombreuses chansons.

Albert Willemetz a successivement été secrétaire de Georges Clemenceau avec qui il travailla au ministère de l'Intérieur[6], directeur du théâtre des Bouffes-Parisiens pendant trente ans, président de la SACEM à la Libération et président de la CISAC en 1956. Il a fondé en 1951 le « Comité du cœur », fonds de secours d’utilité publique pour les artistes dans le besoin.

Postérité

La chanson Mon homme, d'abord popularisée par Mistinguett, a été reprise par de nombreux artistes, dont Billie Holiday en 1952, Barbra Streisand en 1965, Sarah Vaughan en 1967, Colette Renard en 1997, Nicole Martin qui l’incorpore à son album Cocktail de douceur paru en 2010, Lea Michele dans la saison 2 de Glee en 2011, Carmen Maria Vega fin 2014, dans la comédie musicale Mistinguett, reine des années folles, au Casino de Paris.

Œuvre

Théâtre

Opérettes - Comédies musicales

  • 1913 : Les Petites Entravées (Théâtre des Fantaisies)
  • 1918 : Phi-Phi (Bouffes Parisiens)
  • 1919 : Le Joli Joker ou Rapatipapoum (Édouard VII)
  • 1921 : Dédé (Édouard VII)
  • 1922 : Ta bouche (Théâtre Daunou)
  • 1923 : Madame (Théâtre Daunou)
  • 1923 : Là-haut (Bouffes Parisiens)
  • 1924 : Troublez-moi (Bouffes Parisiens)
  • 1924 : En chemyse (Bouffes Parisiens)
  • 1925 : Riri (Théâtre Daunou)
  • 1925 : J'adore ça (Théâtre Daunou)
  • 1925 : Quand on est trois (Capucines)
  • 1925 : Trois jeunes filles nues (Bouffes Parisiens)
  • 1926 : Passionnément (Théâtre de La Michodière)
  • 1926 : J'aime (Bouffes Parisiens)
  • 1927 : Le Diable à Paris (Marigny)
  • 1927 : Venise (Marigny)
  • 1928 : Flossie (Bouffes Parisiens)
  • 1928 : Coups de roulis (Marigny)
  • 1928 : Yes (Capucines)
  • 1929 : Arsène Lupin banquier (Bouffes Parisiens)
  • 1930 : Madame de Pompadour (Marigny)
  • 1930 : Robert Le Pirate (Châtelet)
  • 1930 : Sidonie Panache (Châtelet)
  • 1930 : Couchette n°3 (Capucines)
  • 1930 : Good News (Palace)
  • 1930 : Les Aventures du roi Pausole (Bouffes Parisiens)
  • 1931 : Nina Rosa (Châtelet)
  • 1932 : La Pouponnière (Bouffes Parisiens)
  • 1932 : Azor (Châtelet)
  • 1932 : La Tulipe noire (Gaîté Lyrique)
  • 1933 : Rose de France (Châtelet)
  • 1933 : Un soir de réveillon (Bouffes Parisiens)
  • 1933 : La du Barry (Porte Saint Martin)
  • 1934 : Le Bonheur, Mesdames ! (Bouffes Parisiens)
  • 1934 : Au temps des Merveilleuses (Châtelet)
  • 1934 : La Créole (Marigny)
  • 1934 : Florestan Ier, prince de Monaco (Variétés)
  • 1935 : Toi, c'est moi (Bouffes Parisiens)
  • 1935 : Simone est comme ça (Bouffes Parisiens)
  • 1935 : Pour ton bonheur (Bouffes Parisiens)
  • 1935 : Un coup de veine (Porte Saint Martin)
  • 1935 : Au soleil du Mexique (Châtelet)
  • 1935 : Les Joies du Capitole (Madeleine)
  • 1935 : Trente et quarante (Bouffes Parisiens)
  • 1937 : Billie et son équipe (Mogador)
  • 1937 : Trois Valses (Bouffes Parisiens)
  • 1937 : Camille ou Tu seras gendarme (Madeleine)
  • 1937 : Le Chant du tzigane (Châtelet)
  • 1938 : Les Petites Cardinal (Bouffes Parisiens)
  • 1938 : Le Flirt ambulant (Théâtre Michel)
  • 1938 : Balalaïka (Mogador)
  • 1938 : Yana (Châtelet)
  • 1938 : Rien qu'un baiser (Bouffes Parisiens)
  • 1939 : Mes amours (Marigny)
  • 1942 : Les Cent Vierges (Apollo)
  • 1942 : Valses de France (Châtelet)
  • 1945 : Pantoufle (Capucines)
  • 1947 : Andalousie (Gaîté Lyrique)
  • 1947 : La Grande Duchesse (Monte-Carlo)
  • 1948 : La Maréchale Sans-Gêne (Châtelet)
  • 1948 : Quatre jours à Paris (Bobino)
  • 1949 : La Reine des valses (Champs-Élysées)
  • 1950 : Annie du Far-West (Châtelet)
  • 1951 : Colorado (Gaîté Lyrique)
  • 1952 : Tout pour elles (Bouffes Parisiens)
  • 1956 : La Quincaillière de Chicago (ABC)

Cinéma

Scénariste

  • 1931 : Gagne ta vie, d'André Berthomieu

Télévision

Lyriciste

  • 1964 : Pierrots des alouettes, téléfilm musical d'Henri Spade

Hommages

  • Dans son film Bonne chance ! (1935), Sacha Guitry baptise la rue où habite son personnage « rue Albert-Willemetz ».
  • Après l'annonce de son décès, quelques jours après celui-ci, l'ORTF bouleverse ses programmes pour lui rendre hommage en diffusant "Dans la vie faut pas s'en faire"[7].
  • Il existe depuis 1978 une rue Albert-Willemetz dans le 20e arrondissement de Paris.

Notes et références

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 17/1887/600, date et lieu du décès mentionnés en marge de l’acte (consulté le 7 janvier 2013)
  2. Christophe Mirambeau, Albert Willemetz, un regard dans le siècle, éditions La Rampe, 2005, pp. 37-61.
  3. La-haut.
  4. Seconde version d'une chanson de 1898 de Félix Mortreuil et d'Henri Christiné.
  5. Albert Willemetz et André Mouëzy-Éon.
  6. « Biographie d'Albert Willemetz », sur dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net (consulté le 29 juillet 2016).
  7. Télé 7 jours n°239 du 17 octobre 1964, page 80.

Voir aussi

Liens externes

Dernière modification de cette page 15.03.2019 11:10:06

Récupérée de Albert Willemetz de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.