Base de données musicale

Musicien

Meshell Ndegeocello

Date de naissance 29.8.1968 à Berlin, Allemagne

Alias Me'shell Ndegeocello
Meshell Suhaila Bashir-Shakur
Michelle Johnson

Links www.meshell.com (Anglais)

Meshell Ndegeocello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Meshell Ndegeocello, de son vrai nom Michelle Lynn Johnson, née le 29 aout 1969 à Berlin, est une chanteuse, rappeuse et musicienne américaine. Elle est bien accueillie par la presse spécialisée pendant sa carrière[1],[2] et compte dix nominations aux Grammy Awards[3]. Elle est créditée pour avoir « lancé le mouvement neo-soul[4]. »

Biographie

Meshell Ndegeocello est née le 29 aout 1969 à Berlin, en Allemagne. Fille de Helen Johnson et du lieutenant et saxophoniste Jacques Johnson, Michelle grandit à Washington, D.C.. Elle se fait d'abord connaître sous le nom de Meshell Suhaila Bashir-Shakur mais elle a déjà adopté, à l'adolescence, le nom de Ndegeocello, « libre comme un oiseau » en langue swahili ; cependant l'appellation correcte de son nom est désormais Meshell Ndegeocello[5]. Grande admiratrice de Nina Simone et de Miles Davis, elle fait revivre la musique soul, tout en la mêlant de funk, hip-hop, reggae, rock et de jazz. Dans les années 1990, elle fait des tournées avec Lilith Fair, et adopte un look androgyne.

Sa musique entre dans la bande sonore de plusieurs films comme Batman et Robin, Lost and Delirious ou Down in the Delta. Sa contribution à ce dernier long métrage est l'interprétation, au chant et à la basse, du titre My Soul Don't Dream avec le chanteur-guitariste Keb Mo. Meshell Ndegeocello apparait aussi sur des albums de Basement Jaxx, Indigo Girls et The Blind Boys of Alabama, comme choriste sur l'album Bedtime Stories de Madonna, et bassiste sur l'album Bridges to Babylon des Rolling Stones. Son plus grand succès est une reprise de Van Morrison, Wild Night, en duo avec John Cougar Mellencamp.

Sa chanson Tie One On est sélectionnée en tant que Starbucks iTunes Pick of the Week le 23 février 2010[6].

Vie privée

Ndegeocello est bisexuelle et avait autrefois une relation avec l'auteure féministe Rebecca Walker. Le premier fils de Ndegeocello, Solomon, est né en 1989[7]. Elle est actuellement mariée à Alison Riley, avec qui elle a eu son second fils[8]. Elle souffre d'épilepsie photosensible et ne supporte pas les flashs d'appareil photo lorsqu'elle joue sur scène. Elle utilise Meshell Suhaila Bashir-Shakur dans ses derniers travaux[9].

Discographie

  • 1993 : Plantation Lullabies
  • 1996 : Peace Beyond Passion
  • 1999 : Bitter
  • 2002 : Cookie: The Anthropological Mixtape
  • 2003 : Comfort Woman
  • 2005 : The Spirit Music Jamia: Dance Of The Infidel Shanachie
  • 2006 : The Article 3 (EP)
  • 2007 : The World Has Made Me The Man Of My Dreams
  • 2009 : Devil's Halo
  • 2011 : Weather
  • 2012 : Pour une âme souveraine, A Dedication to Nina Simone (en)
  • 2014 : Comet, Come to Me
  • 2018 : Ventriloquism (Album de reprises)

Notes et références

  1. (en) Lena Lecaro, « Head, heart and soul », Los Angeles Times, 24 octobre 2002 (consulté le 28 février 2009), E–12.
  2. (en) « Grammy Nominations For J J Cale, Bettye LaVette and Meshell Ndegeocello – Just Announced » [archive du 26 décembre 2008], News, December 2007, The Rosebud Agency, 6 décembre 2007 (consulté le 28 février 2009).
  3. (en) « Meshell Ndegeocello to Perform at 'You Rock My Soul' GMHC Benefit Concert at Carnegie Hall on November 11th », NY Rock, 14 août 2002 (consulté le 28 février 2009).
  4. (en) Kenya Yarbrough, « Me'Shell Ndegeocello: One Tough "Cookie" », EURweb, Rabercom Enterprises, 9 août 2002 (consulté le 28 février 2009).
  5. (en) « FreeMyHeart », FreeMyHeart, 3 mars 2001 (consulté le 18 juillet 2011).
  6. (en) Heringer, « Starbucks iTunes Pick of the Week – Meshell Ndegeocello – Tie One On », mark-heringer.com, 23 février 2010 (consulté le 18 juillet 2011).
  7. (en) Mike Zwerin, « Me'Shell - Debut on Madonna Label - NYTimes.com », International Herald Tribune, 23 février 1994 (consulté le 18 juillet 2011).
  8. (en) Joey DiGuglielmo, « Meshell's magic », Washington Blade, 10 novembre 2011 (consulté le 10 juillet 2014).
  9. (en) Will Layman, « Me'Shell Ndegeocello: The Spirit Music Jamia: Dance of the Infidels < PopMatters », Popmatters (consulté le 18 juillet 2011).

Liens externes

Dernière modification de cette page 13.12.2018 14:14:16

Récupérée de Meshell Ndegeocello de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.